Vingt kilomètres dans les pompes. Neuf cent mètres de dénivelé.

Il y a des tas de trucs pour te boucher la vue : l’amour, l’indifférence, le brouillard, la mémoire, la nuit, etc, etc…
A cet instant, à mille sept cent mètre d’altitude, la seule chose qui me bouche la vue, c’est un gros paquet de nuages en dessous de moi.
Rien d’autre n’existe !

< post suivant :: post précédent >