On discute. Enfin… elle parle !
Moi, je barbouille. Je grince et vire au carmin. Tout flottant et mal enchevêtré, comme d’habitude. Et la mouillure qui s’en mêle et puis l’envie de caleter sec ! Figé pourtant, avec le bourrichon qui tricote dans son coin à s’en péter une artère !!! Ça galope ferme, à la limite de la rupture pour trouver un truc à dire. Un truc à dire…
Elle me donne un bidule qui doit-être un numéro.
Puis un machin qui doit-être une adresse mail.
J’sais pas trop…
J’ai juste entendu : “toute attachée”…

post précédent »