Je suis à la traîne du reste du monde… à la traîne… Je me raccroche autant que je peux tout au rebord du noir. Mais je m’affale, m’accroche, dévisse, me rattrape de justesse, etc… Plus de force du tout ! Je voudrais courir. Il me faut du vent… ! De la fête… ! Des fanfares ! Plein de tonnerres ! Des paysages ! Des couleurs ! Des féeries… ! Hélas, tout cède, tout flanche, casse un moment. Tombe et retombe…

post précédent »